Vidéo: Les jardins japonais zen

“Dans un jardin zen, tout doit être d’aspect usé. Les pierres doivent être choisies avec soin, patinées et rongées pas les intempéries. Le jardin doit donner l’impression qu’il existe depuis la nuit des temps. Les jardins zen sont faits non pas pour la promenade, mais pour favoriser la concentration de l’esprit, la méditation et la venue de l’illumination.(…) Ces jardins agissent comme un écran d’avec le monde.”
Dominique Loreau, Aimer la pluie, aimer la vie.

Voici un passionnant reportage de 43 minutes, initialement diffusé sur la chaîne Arte, à découvrir si vous souhaitez en savoir plus sur l’art millénaire qui se cache derrière la beauté et la sérénité des jardins japonais zen, ces jardins conçus comme des miniaturisations et idéalisations de la nature, composés de rochers, de mousse et parfois aussi d’arbres et d’eau. Ils renvoient au caractère éphémère de la nature et par là-même à la fugacité de la vie. L’homme y trouve la quiétude de l’âme qu’il avait perdue dans l’agitation du quotidien. Apprenez comment ses jardins s’insèrent dans la méditation zazen et dans la vie quotidienne des moines bouddhistes…

Vidéo: Le minimalisme, c’est quoi?

“Souvenez vous toujours que très peu est nécessaire pour mener une vie heureuse”
Marc Aurèle, Pensées pour moi-même

Une vidéo (de la chaîne Arte, durée environ 4 mns) pour comprendre ce qu’est le minimalisme. 

Bien entendu cet exemple est extrême, et il ne faut pas utiliser comme excuse le fait de ne pas vouloir ressembler aux deux personnes présentées dans le film pour ne pas simplifier sa vie. Il y a différents degrés de minimalisme. Débarrasser un tiroir de son surplus de stylos et trombones, donner un sac de vêtements qu’on ne met plus, c’est déjà faire un pas dans la bonne direction.

J’adhère pour ma part à un minimalisme rationnel, selon le terme de Joshua Becker du blog Becoming Minimalist (un minimalisme qui tient compte de votre environnement, du nombre de membres de votre famille, de vos activités, etc.) ou encore au principe défini par Dominique Loreau, auteur de L’Infiniment peu et L’Art de l’essentiel: “Ne gardez que ce qui vous est utile et ce que vous trouvez beau”.