Ajuster ses rêves d’enfance (pour ne pas avoir à y renoncer totalement)…

“Chaque vie est unique – et chaque vie est difficile. Souvent, nous nous surprenons à envier celle d’autrui: “Ah, si j’étais belle comme Marilyn Monroe”, “Ah, si j’avais le talent de Marguerite Duras”, “Ah, si je menais une vie d’aventures comme Hemingway”… C’est vrai: nous n’aurions pas les mêmes problèmes, en tout cas pas les nôtres. Mais nous en aurions d’autres: les leurs. (…) Ni le talent, ni la gloire, ni la puissance, ni l’argent, ni l’adoration des femmes ou des hommes ne rendent la vie fondamentalement plus facile”
David Servan-Schreiber, Guérir

IMG_0994Il y a quelques temps, à la radio, je suis tombée sur une interview de Zep, l’auteur de l’excellente BD Titeuf. À l’occasion de la sortie de sa nouvelle bande dessinée, sur quatre amis qui se retrouvent à la quarantaine, l’un célèbre rock star comme il l’avait toujours rêvé, et les autres ayant dû laisser leur rêve de jeunesse derrière eux, Zep expliquait qu’il avait eu l’occasion de réaliser son rêve: vivre de ses BD humoristiques…

Pour le commun des mortels, malheureusement, la réalité est toute autre et nous devons souvent laisser derrière nous nos rêves de jeunesse, ce qui engendre souvent ressentiment, amertume, et sensation d’avoir raté sa vie avec tout ce que ces sentiments négatifs peuvent avoir de néfaste sur nous et notre entourage.

Mais vous n’êtes pas obliges de renoncer à vos rêves d’enfance, il s’agit parfois simplement de les ajuster à la réalité.

Quand on est jeune, on ne rêve pas d’être écrivain, de danser, ou d’être judoka. On rêve en fait de célébrité: on rêve d’être l’auteur d’un best-seller, ou une danseuse étoile, ou un médaillé d’or aux JO….  En somme, on rêve d’être reconnu pour son talent…

Vous avez jambes trop courtes pour devenir danseuse étoile? Pourquoi ne pas se reconvertir dans la danse moderne, ou les critères physiques sont moins exigeants ou enseigner la danse classique à d’autres ? Le principal, est-ce que vous puissiez continuer à danser le plus longtemps possible, ou est-ce de connaître la gloire?

Une blessure a brisé vos espoirs de devenir champion de Judo? Enseignez la matière à d’autres, faites les profiter de votre expertise ou si cela est impossible, reconvertissez-vous dans un art martial plus doux, comme le tai-chi.  

Vous ne serez jamais auteur de best-seller ? Cela ne veut pas dire que vous devez renoncer à écrire. Si votre roman est systématiquement refusé par les maisons d’édition et que vous n’avez pas le courage de vous relancer dans un travail de cette envergure sans garantie de résultat, essayez-vous à l’art de la nouvelle, écrivez-en pour les gens qui vous entourent. Vous voulez être lu malgré tout ? Exprimez-vous sur un blog…

Explorez d’autres possibilités, en restant proche de votre domaine de prédilection… Vous n’êtes pas oblige de renoncer à vos rêves, il s’agit souvent d’opérer quelques ajustements pour les vivre au jour le jour, même s’il s’agit de les reléguer au rang de hobby et de devoir exercer une toute autre activité pour gagner sa vie. C’est parfois aussi cela devenir adulte. 

En fait nos rêves d’exercer notre passion sont souvent doublés de rêves de gloire. C’est à ce rêve-là qu’il faut souvent renoncer. Mais est-ce si dommage ? Nous ne sommes pas tous voués à être des Marilyn ou des Hemingway comme le dit l’excellente citation du regretté David Servan-Schreiber, au début de son ouvrage Guérir,  et c’est tant mieux…

Et vous, à quel rêve avez-vous dû renoncer ? Et s’il suffisait juste de revoir vos attentes, pour en vivre une version certes modifiée, mais peut-être tout aussi enrichissante ?

Incoming search terms:

  • reve denfance realité adulte

Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions

resolutions-20141C’est le début de l’année et vous avez pris, comme beaucoup d’entre nous, votre lot de bonnes résolutions: arrêter de fumer, perdre du poids, passer votre permis de conduire ou démarrer votre propre blog. Mais comment ne pas vous retrouver, à la fin de l’année avec un bilan négatif? Comment ne pas devoir constater que l’arrêt de la cigarette n’aura duré qu’un mois, que votre blog n’existe encore que dans votre tête, que vous dépendez toujours des autres pour vous déplacer, et que votre balance affiche deux kilos de plus que le 1er janvier?

Le secret, c’est de ne pas voir la montagne qu’il vous faudra escalader durant l’année 2014 (ou au delà parfois, s’il s’agit d’arriver au sommet), mais les quelques pas que vous allez franchir aujourd’hui. Une victoire se gagne une bataille à la fois, une course se remporte une étape à la fois. Alors, arrêtez de vous mettre la pression…

Si vous arrêtez de fumer, n’imaginez pas une année, ou pis, une vie de frustration sans votre cigarette bien aimée, mais choisissez de ne pas fumer celle qui vous tente, là, tout de suite. Et ensuite la prochaine, puis la suivante. C’est ainsi que vous arriverez à la fin de l’année toujours non fumeur, un pas à la fois, sans vous projeter incessamment dans l’avenir et vous laisser décourager par l’importance de l’engagement pris envers vous-même.

S’il s’agit de perdre du poids, c’est le même processus. Songez à comment vous allez vous alimenter aujourd’hui. Composez votre menu du jour, en respectant l’équilibre alimentaire et félicitez-vous chaque jour des progrès accomplis. N’imaginez pas une année de privation sans vos plats préférés, sinon, il est à parier que vous n’allez pas tenir sur la durée. Et ne soyez pas trop pressé de voir un résultat, ce qui compte, c’est de bien s’alimenter aujourd’hui.

Pour le permis de conduire, faites le premier pas, c’est-à-dire inscrivez-vous. En Suisse, le permis de conduire est un véritable parcours du combattant qui commence avec quelques heures d’introduction aux premiers secours, et se termine avec une formation complémentaire sur deux jours, qui transforme un permis à l’essai en permis définitif, trois ans après l’obtention du permis à l’essai. Si vous envisagez la globalité du processus qui vous conduira à l’obtention du permis, il y a de fortes probabilités que vous vous découragiez et renonciez. N’envisagez que la première étape: inscrivez-vous aux cours de premiers secours. Dans la démarche qui consiste à l’obtention d’un permis de conduire comme dans de nombreuses autres démarches, la première étape entraîne les autres, et on se retrouve vite embarqué dans un processus, sans même y réfléchir, et sans paniquer, une étape à la fois.

Si vous souhaitez créer votre blog, ne vous laissez pas décourager par les blogs des autres, nourris de plus de 500 articles, où chaque article est commenté 30 fois. Commencez par vous renseigner sur la marche à suivre. Trouvez un nom pour votre blog, réservez votre nom de domaine, installez WordPress, et là, testez plusieurs thèmes pour voir lequel correspond le mieux à ce que vous avez à dire. Enfin, écrivez votre premier article. Puis le deuxième. Un pas à la fois, sans trop vous préoccuper dès le départ du but final que vous souhaitez atteindre. Ôtez-vous la pression du résultat…

Ce n’est qu’ainsi que vous tiendrez vos bonnes résolutions: cessez de vous projeter sans cesse dans l’avenir et sur un but final à atteindre rapidement. Contentez-vous d’aller dans la bonne direction aujourd’hui. Faites chaque jour un petit pas dans le bon sens. Et dites-vous chaque jour que demain est un autre jour…

Cet article participe à l’évènement interblogueurs “Votre meilleure astuce pour vous appliquer vos bonnes résolutions” sur le blog Des Livres Pour Changer de Vie. Je lis ce blog régulièrement et je conseille en particulier la chronique vidéo du livre Anticancer de David Servan Schreiber.

Cliquez ici pour voter pour l’article s’il vous a plu…