Livre: David Servan-Schreiber, Anticancer

David Servan-Schreiber (1961-2011) était médecin et a enseigné la psychiatrie clinique à l’Université de Pittsburgh. Se rendant compte que la médecine traditionnelle ne guérissait pas tous les maux, il s’est intéressé à des solutions alternatives, aussi bien pour la santé du corps que celle de l’esprit. Guérir, paru en 2003, préconise des approches naturelles pour soigner la dépression ou l’angoisse, tandis qu’Anticancer propose des solutions pour combattre le cancer par l’alimentation et une hygiène de vie, en parallèle d’un traitement traditionnel.

Anticancer est un livre qui a eu un énorme succès à sa sortie, et qui mérite d’être découvert par ceux qui ne le connaîtraient pas encore.

David Servan-Schreiber préconise de booster nos défenses naturelles pour prévenir le fléau, ou même pour lutter contre un cancer déjà déclaré. Il le démontre par plusieurs exemples: il n’est jamais trop tard pour agir et prendre soin de son “terrain”. Se prémunissant contre les attaques pressenties, l’auteur précise bien que ces méthodes en tant que thérapie ne sont pas des alternatives, mais qu’il faut les appliquer parallèlement aux traitements traditionnels, et rajoute qu’il n’y a aucune garantie de succès. Cependant, au pire des cas, ces conseils ne nuisent pas à l’organisme, ils sont sans effet secondaire et accroissent même le bien-être de façon significative: il n’y a donc rien à perdre à les mettre en pratique au plus tôt afin de faire un pari intelligent sur sa santé

Notre alimentation occidentale serait l’un des facteurs qui favoriseraient le plus le cancer: peu de légumes et de fruits, beaucoup de viande rouge, de farines blanches et de sucres raffinés. Pour rétablir la balance alimentaire en notre faveur, Servan-Schreiber conseille de limiter au maximum la consommation de farine blanche et de sucre, celle de viande rouge, d’augmenter notre ration de fruits et de légumes, de rééquilibrer le rapport omega 3/oméga 6 dans notre alimentation, et d’opter, chaque fois que cela est possible, pour le bio, qui ne contient pas de pesticides potentiellement cancérigènes. Servan-Schreiber nous explique que certains aliments présentent plus de propriétés anti-cancérigènes que d’autres, tels que le thé vert, la curcumine, l’ail, ou les choux, pour ne citer que ceux-là.

David Servan-Schreiber nous recommande aussi d’éviter certains produits de nettoyages et cosmétiques, dont la composition contient aussi des substances toxiques. Ce qu’il faut, dit l’auteur, c’est soigner notre terrain, non seulement la tumeur elle-même mais le corps en général, et pas seulement le corps, mais aussi l’esprit, car l’un ne peut fonctionner sans l’autre. Travailler la cohérence entre le corps et l’esprit, c’est faire du sport (même de la marche, 30 minutes par jour), de la relaxation, du yoga, pratiquer la méditation ou encore la cohérence cardiaque. C’est aussi se mettre en paix avec soi-même et avec les autres, résoudre ses traumatismes anciens et revoir en général son rapport aux autres, à soi-même et à l’existence. Anticancer a le mérite d’être un bon ouvrage de synthèse et de vulgarisation, et surtout, de nous faire partager des exemples humains (dont celui de l’auteur) porteurs d’espoir.

David Servan Schreiber, en appliquant ses propres conseils, a survécu une vingtaine d’années à un diagnostic qui ne lui laissait pas espérer plus de deux ans. Une lecture à recommander aux malades mais aussi aux gens en bonne santé et qui entendent le rester…

Livre: Christophe André, Méditer jour après jour

Et j’ai tourné mon attention vers ma respiration, la façon dont je me tenais, je me suis doucement redressé, j’ai ouvert mes épaules, puis j’ai aussi ouvert mes oreilles, j’ai écouté.
Christophe André, Méditer jour après jour.

Christophe André est médecin psychiatre à Paris, spécialiste en psychologie des émotions. Ses ouvrages principaux sont L’Art du Bonheur, Imparfaits, libres et heureux ou encore L’Estime de soiLien sur son blog.

À l’aide de l’observation guidée de 25 tableaux de maîtres, Christophe André nous explique ce qu’est la méditation en pleine conscience. Les tableaux ne sont pas là pour être des aides directes à la méditation, des points sur lesquels se focaliser pendant l’exercice, mais plutôt des portes d’entrée sur plusieurs aspects d’un domaine qui n’a rien d’intuitif, pour nous occidentaux.

André nous explique comment habiter le moment présent, comment sortir de notre monde de responsabilités et de distractions incessantes pour s’isoler dans une bulle qui nous permettra de méditer, tout en restant connectés au monde par les sens. Il insiste sur le fait que la méditation est accessible à tous, mais qu’il nous faudra des années, voire toute une vie, pour en maîtriser la pratique. Il nous explique aussi que la pleine conscience ne se pratique pas seulement assis en tailleur, mais qu’elle peut aussi s’expérimenter dans tous les actes de la vie (en marchant, en mangeant, en faisant la vaisselle, etc.).

J’ai trouvé cet ouvrage essentiel pour toute personne qui s’intéresse à la pratique de la méditation, et qui pourrait se laisser décourager par d’autres, plus théoriques, plus complexes et moins accessibles (je pense notamment aux ouvrages de Matthieu Ricard sur le sujet). Christophe André est très pédagogue et reste humble dans sa démarche. Il utilise intelligemment nos références culturelles occidentales pour nous donner les clés d’une pratique qui nous semble parfois bien difficile à appréhender.

Les tableaux sélectionnés par Christophe André, de Breughel l’Ancien à Hopper en passant par Monet, sont superbes et choisis avec pertinence, illustrant chaque aspect important lié à la méditation, mais aussi à l’existence en général. Des citations de penseurs célèbres viennent également enrichir les divers chapitres.

Un ouvrage essentiel, que je recommande à toute personne qui s’intéresse de près ou de loin à la méditation. Si quelqu’un peut vous convaincre de vous y mettre, c’est sûrement Christophe André…

Vidéo: Les jardins japonais zen

“Dans un jardin zen, tout doit être d’aspect usé. Les pierres doivent être choisies avec soin, patinées et rongées pas les intempéries. Le jardin doit donner l’impression qu’il existe depuis la nuit des temps. Les jardins zen sont faits non pas pour la promenade, mais pour favoriser la concentration de l’esprit, la méditation et la venue de l’illumination.(…) Ces jardins agissent comme un écran d’avec le monde.”
Dominique Loreau, Aimer la pluie, aimer la vie.

Voici un passionnant reportage de 43 minutes, initialement diffusé sur la chaîne Arte, à découvrir si vous souhaitez en savoir plus sur l’art millénaire qui se cache derrière la beauté et la sérénité des jardins japonais zen, ces jardins conçus comme des miniaturisations et idéalisations de la nature, composés de rochers, de mousse et parfois aussi d’arbres et d’eau. Ils renvoient au caractère éphémère de la nature et par là-même à la fugacité de la vie. L’homme y trouve la quiétude de l’âme qu’il avait perdue dans l’agitation du quotidien. Apprenez comment ses jardins s’insèrent dans la méditation zazen et dans la vie quotidienne des moines bouddhistes…